Le métrosexuel est né en 1994 sous la plume d’un journaliste de The Independent. Sorte de Dandy moderne, ce terme désigne un homme urbain qui soigne son apparence au – delà de la norme pour séduire.

Le terme métrosexuel est né d’une contraction entre métropolitain (habitant d’une métropole) et sexuel dans le sens d’attirance. Ce terme très tendance a été imaginé par un journaliste anglais Mark Simpson dans le journal The Independent en 1994. Il fait référence à un courant de mode notamment porté par David Beckham et quelques autres célébrités tels que Brad Pitt, Frédéric Michalak, Robbie Williams, Cristiano Ronaldo. Le point commun entre tous ces hommes est qu’ils attachent une grande importance à leur look.

Un dandy moderne

Le métrosexuel est un dandy moderne. L’apparence compte avant tout. L’homme métrosexuel est toujours tiré à quatre épingles et ne porte que des grandes marques de prestige. Pour être attirant, il dépense des fortunes en produits cosmétiques mais aussi en séances d’épilation et autres manucures et suivi diététique (!!!). Son style et son style de vie sont réglementés par une seule volonté : être esthétiquement irréprochable. L’élégance et le raffinement sont les clés de voûte de la mode métrosexuelle. Cette élégance et se raffinement s’expriment à la fois dans la mise vestimentaire du métrosexuel mais aussi dans sa vie de tous les jours. Le courant métrosexuel est largement relayé par les médias notamment au travers des publicités pour cosmétiques spécialement déclinés pour les hommes. Les métrosexuels peuvent être homosexuels mais aussi plus globalement hétérosexuels.


Le profil type du métrosexuel

Le métrosexuel est typiquement un homme de 20 à 45 ans qui habite dans une grande ville urbaine. Ce qui le distingue des autres, c’est le niveau de soin qu’il apporte à sa personne, mais pas seulement. En effet, le métrosexuel base tous ces choix de vie (vestimentaires ou autres) sur l’élégance. Il utilise de nombreux cosmétiques pour exfolier et hydrater sa peau, va régulièrement chez sa manucure et en salle de gym… Bref, le métrosexuel prend soin de sa personne en priorité. 

Au-delà de cette pratique très dandy, le métrosexuel est un amoureux des belles choses. Il craque pour les belles voitures originales aussi. L’autre trait dominant du métrosexuel que l’on pourrait croire efféminé d’un premier abord est d’aimer les sports virils, de contact. L’homme métrosexuel n’a donc rien de sucré comme on pourrait le penser, bien au contraire. Il est souvent un tantinet macho, égocentrique et vaniteux. Ce qu’il fait et ce qu’il pense prime sur le reste. Le métrosexuel vit de fait dans une sorte de bulle ou l’esthétisme exacerbé par la forte poussée de notre société de consommation prend le pas sur le discours et la pensée.


Le métrosexuel est donc un nouveau type d’homme très influencé par la société de consommation. Sa virilité n’est jamais remise en cause même si globalement, son attitude pousse à penser qu’il agit selon les critères « mode » des femmes.

Le dandy moderne ! Il fallait bien lui trouver un nouveau nom, mais il ne faut pas oublier également que de plus en plus d’hommes, prennent soin d’eux, prennent le temps de s’habiller, de mieux se tenir, sans pour autant passer dans la caricature exagérée du  » métrosexuel « … tout est dans la nuance !!!


Bonne lecture

Eneffe Kei

Publicités

2 réflexions sur “Le métrosexuel, késako?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s