L’homo senegalensis … Certains m’ont dit qu’ils adoraient cette appellation, d’autres m’ont au contraire dit qu’ils l’abhorraient, car ils avaient l’impression d’être assimilés à une espèce animale. Aussi vrai que l’homme descend du singe et qu’il est une sorte d’animal  » amélioré « , il présente dans moult occasions des similitudes avec les prédateurs et autres charognards.
Ce post tournera autour donc autour de l’homo senegalensis … Frère, oncle, ami, cousin, l’homme (avec un petit h, pour que nous autres femmes ne soyons pas mises dedans) sénégalais dans toute sa splendeur.
La première question qui me vient à l’esprit est :  » Mais pourquoi est – il comme ça ? « 
 
On m’accusera comme d’habitude de surjouer le rôle de la victime, ou d’exagérer délibérément les défauts de mes frères. Loin de moi cette idée … Je suis juste d’avis que quand quelque chose ne va pas, il faut en parler. Comme on le dit si éloquemment en ouolof,  » Waax déniou key tégaal mou téggou, ku nekk xam fanga fété … « 
Là, il est plus que temps de waax !
 
Après avoir côtoyé beaucoup de non – Sénégalais, car j’ai beaucoup d’amis qui viennt de divers pays d’Afrique, avoir discuté avec eux, avoir observé aussi leur manière de se comporter, notamment avec les femmes, je me rends compte que mes compatriotes sont grandement à la traîne. Et le pire, c’est qu’ils ne le savent pas, ou feignent de ne pas le savoir. Ambiance …
 
Ce qui me dérange le plus, c’est leur vision de la femme, la façon dont ils nous voient et la manière dont une femme doit être selon leurs critères. Ils le nient tous, mais pour eux, une femme n’est bonne qu’à faire la popote et garder les mioches (mots délibérément puisés dans le langage familier !). Aberrant !! Quand tu leur demandes les qualités d’une bonne femme, les réponses fusent, prévisibles à souhait :  » Il faut qu’elle soit une bonne cuisinière, car je tiens à bien manger, il faut qu’elle soit là tous les jours pour moi, il faut qu’elle soit douce, aimante, câline, aux petits soins, qu’elle ne réponde pas insolemment quand je lui dis quoi faire, qu’elle ne me montre pas qu’elle en sait plus que moi, car c’est moi le mec après tout …  » Il faut, il faut, il faut … La liste de leurs exigences est encore longue !  Je suis d’accord qu’une femme doit être douce, car ce sont les qualités d’une bonne épouse et / ou d’une bonne maman. C’est bien là ce qui nous caractérise non? D’accord pour la cuisine aussi, mais un homme aux fourneaux est tout aussi sexy et il nous montrera par là même que les attentions se font et doivent se faire dans les deux sens. Car il ne faut surtout pas que leurs critères se muent en exigences auxquelles on doit se conformer sans piper mot. La société sénégalaise, avec les traditions toutes plus pesantes les unes que les autres qu’elle nous impose, érige l’homme en Seigneur !! Quand bien même celui – ci a des droits, il a aussi des devoirs. C’mon guys, nous sommes au XXIe siècle !
 
 Parlons – en de ce XXIe siècle d’ailleurs. Les femmes sont de plus en plus émancipées (dans le bon sens évidemment), autonomes, sont curieuses de tout, voyagent, sortent, lisent, s’intéressent à l’art, à la culture urbaine, à la musique … Bref, elles ont des goûts et des hobbies parfaitement en adéquation avec le monde / l’époque contemporaine. 
Essayez de parler bouquins avec un Sénégalais, ou du moins la plupart d’entre eux, car des exceptions subsistent ! Non seulement il te regardera avec des yeux ronds pensant que tu as perdu la boule, mais il te taxera de toubab, celle qui veut montrer qu’elle en sait. Balivernes que voilà ! Quel mal y a – t – il à parler bouquins, lectures, auteurs à succès? Au contraire, c’est un excellent moyen de non seulement parfaire sa culture, mais aussi montrer à son interlocuteur que l’on n’a pas un pois chiche à la place du cerveau. Désolée d’être aussi crue, mais c’est la (triste) réalité. 
Autre point qui me désole : la galanterie. Le Sénégalais bon teint est macho à souhait, et considère le fait d’être galant comme une faiblesse de sa part. 
La liste est encore longue, mais je ne vais pas continuer, car je me verrai accusée de faire preuve d’acharnement. Ce n’est nullement le cas, je ne m’acharne pas, mais je pense qu’une (énorme) remise en question doit s’opérer.
J’ai espoir qu’il y aura, à l’image du Nouveau Type de Sénégalais, un Nouveau Type d’homo Senegalensis, qui, bien que conscient de sa virilité et de son statut de mâle (dominant), ne s’en servira pas pour écraser ou rabaisser la (sa) femme. 
J’ai espoir que l’homo senegalensis aura plaisir à réviser son comportement, à accepter que sa femme en sache plus que lui, qu’elle lui apprenne même des choses qu’il ignore. Leur couple ne s’en portera que mieux !
J’ai espoir que l’homo senegalensis, un jour, n’en soit plus à tout attendre de sa femme, culinairement parlant bien entendu. Elle aussi, elle veut qu’on lui mitonne de bons petits plats, qu’on la surprenne avec de délicates attentions. Elle aura ainsi le sentiment d’exister à part entière !
J’espère vraiment qu’au terme de la lecture de ce post (un peu plus long que d’habitude, mais le sujet me tient à coeur), vous déciderez de CHANGER et vraiment changer ! Nous ne vous en aimerons que plus, croyez – moi ! Mais ce n’est pas gagné … L’espoir fait vivre, dit – on !
Bonne lecture ^^
Publicités

12 réflexions sur “L’homo senegalensis, cet être si complexe …

  1. — Me Revoilà !Je ne suis pas particulièrement fan de cette description de l'homo-senegalensis pour plusieurs raisons. Je trouve que certaines assertions sont erronées : "L'homo-senegalensis est en retard par rapport à nos autres frères africains???"… oh que non, nous sommes loin d'être parfait mais nous n'avons pas besoin d'une remise à niveau à l'école des confrères africains."L'homo-senegalensis ne parle pas de lecture, d'art, de culture, de poterie…" ma chère l'Africain en général n'a pas l'habitude de lire et si pour la gente féminine etre cultivée et passionnée de lecture c'est être scotché aux "harlequins" ou romans d'amour… je suis désolé ça ne fait pas monter le QI (je sais toutes ne lisent pas que du Danielle STEEL).La femme n'est bonne que pour faire des enfants, les éduquer et faire à manger je pense que c'est dépassé dans la mentalité de bien des 'homo-senegalensis'. Ce n'est vraiment pas la réalité car les deux époux participent aux dépenses de la famille ! On dit meme à tort ou raison que les hommes aiment les femmes indépendantes…Je ne veux pas être très long (si je ne l'ai ps déjà été)… J'attends un article ma Senegalaise 3.0 après ce shout out homo-senegalensis 3.0

  2. Ah non Thierno pas toi !!Tout le monde sauf toi 😦 Toi, tu es une exception … Mais comme tu veux défendre tes congénères, allons – y !!J'ai bien écrit que le Sénégalais et non pas l'Africain n'est pas avide de culture, c'est dommage mais c'est comme ça …Pour ce qui est de nous, j'avoue que nous sommes fans de romans à l'eau de rose. Mais passé le cap de l'adolescence, nous tentons d'élever notre esprit … Reconnais au moins xa :)Un article où je ferai vos élogeS? Quand j'aurai noté des améliorations, mais pas avant 🙂

  3. — On dit que c'est le milieu qui détermine l'individu !! Combien de bibliothèque municipale a-t-on au Sénégal ? Réponse facile 0. Combien d’œuvres littéraires lisons nous obligatoirement durant tout notre cursus scolaire ? Moins de 10 pour plus de 10ans de formation. Es-tu entrain de me dire quand tu dis : "J'ai bien dit que le sénégalais et non pas l'Africain n'est pas avide de lecture" cela veut-il dire que les autres lisent plus que nous ??? Permets-moi d'en douter. Ton analyse se base sur la connaissance de pays africains ou de certains appartenant à une mini-élite ayant la chance de s'intégrer au blanc ? Passé le cap de l'adolescence comme tu dis tu conviendras avec moi que certaines passent plus de temps sur Youtube pour apprendre à se maquiller, à tchater, à amouracher sur facebook au lieu d’être sur Kindle… Comme tu le disais si bien il y a des exceptions dans tout je dirais plus que ton analyse est une introspection basée sur ton vécu… La vérité est que les jeunes ne lisent plus que ce soit le sénégalais ou un autre !TS

  4. Ah non Thierno !! Je sens que là on va xoulo :(Le milieu détermine certes l'individu, mais il ne faut surtout pas accuser ce milieu, qui serait responsable de toutes nos déficiences. Dans toute chose, il y a des exceptions, mais l'exception confirme la règle …Mon analyse se base sur mon vécu (en grande partie), mais aussi sur les analyses qu'en ont faites mes sistazzz. Tu vois que je ne suis pas la seule :)La vérité, ma vérité est que le Sénégalais gotta change 🙂

  5. — Non nous n'allons jamais xooulo on est trop ensemble même ! Je ne veux pas enlever toute la responsabilité du sénégalais en ce qui concerne ses lacunes. Je veux juste dire que le changement que tu désires tant ne pourra se faire qu'à la racine sinon c'est une entreprise vouée à l’échec. Quand tu dis que ton analyse se base sur ton vécu, ce que j'avais dit, je te dirais en tant que bourlingueur ayant visité plusieurs pays africains que le sénégalais n'est pas si goujat que tu le décris. Que le petit boucantier, charmeur, tout correct que tu rencontres en métropole ne te trompe pas. Je t'écris ces lignes depuis le Burkina et tu sais en déjeunant chez un ami travaillant à l'UEMOA j'ai noté un fait qui m'a marqué : "Arrivé chez lui, sa femme se presse pour lui apporter une calebasse remplie d'eau tiède avec du beurre de karité pour lui nettoyer et masser les pieds"… Au burkina j'ai bien dit ! Ce geste comment l’interprètes tu au XXI siècle ?C'est pour redire qu'il faut connaitre les autres, les pratiquer pas simplement des "exceptions" rencontrés en banlieue parisienne à moitié "assimilé". Je me suis étonné de voir beaucoup de jeunes filles mères célibataires au Gabon et quand j'ai posé la question à une amie Juste Briette OVONO elle me dit : "ici les femmes ont plus de chance d'avoir un homme quand elles ont un enfant avant mariage, elles prouvent leur fertilité" Ce n'est pas à Dakar mais à Libreville.Une situation identique a été racontée à Bata en Guinée Equatoriale. Alors je me demande où sont ces africains chez qui nous devrions prendre exemple ?Libreville, Ouaga ou Bata ce n'est pas l'Afrique mais juste pour dire, de part mon vécu, que je ne me sens pas moins galant ou moins attentionné envers ma femme sénégalaise. En atteste mon post sur twitter d'il y a quelques jours. Je ne suis pas une exception…Encore une fois le milieu détermine l'individu. A chaque fois que je prends l'avion pour aller dans un coin pour le boulot je me prends un bouquin pour le chemin. Ma lecture du moment je re-parcoure l'art de la guerre de Sun Tsu : je suis sénégalais, je ne suis pas une exception ! lolJe suis entrain de passer mon temps à échanger sur un sujet intelligent dans sur un blog tenu par une sénégalaise très raffinée intelligente et cultivée et ceci n'est pas ma première intervention : je suis sénégalais, je ne suis pas une exception ! Nous n'avons pas une aversion pour les femmes intelligentes au contraire.La perfection n'est pas de ce monde et il y a forcément des tares chez le sénégalais, nous devons changer et nous pouvons le faire mais nous sommes loin d'être si exécrables.Désolé d'avoir été si long…

  6. Des exceptions, il y en aura toujours !! Partout où tu iras, tu verras des mecs machos, des galants, des gentils, des méchants … J'ai oublié de préciser une chose : les non – Africains que j'ai connus ne sont pas tous en France. Il y en a qui sont dans leur pays d'origine et qui sont on ne peut plus modernes, comme il y en a d'autres qui sont des goujats de la pire espèce.Mais je persiste et signe à penser que sama mbook yii ils sont à la traîne. Et partout où tu iras, on te tiendra le même langage … Enfin, je pense !!Sopékouléén !!!!! Djoot na nak ^^Contanena thii lectures yii d lool, next time on parlera bouquins :)T.S u roooock ❤

  7. — A la traine oui mais par rapport à qui ? J'accepte que tu veuilles que nous changions en mieux parce que derrière ce discours je vois une dame qui aime l'homo-senegalensis plus que tout et qui voudrait le voir évoluer. Par contre ce que je ne peux accepter c'est dire que nous sommes derrière les autres frères africains, tout esprit de compétition à part. Le sénégalais n'est pas parfait et la sénégalaise non plus, c'est ensemble que nous pouvons tirer le meilleur de nous tout en gardant ce qui fait notre identité.Merci pour cette article, c'est toujours un plaisir de te lire même quand je ne suis pas de ton avis.Bonne continuation.Un opposant d'un soir_ TS

  8. EVidemment que j'aime l'homo senegalensis ! Je n ai que lui d ailleurs … Mais son package actuel ne me convient nullement … Mais Allah baxna !!U ROCK TS ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s