En vrai rat de bibliothèque que je suis, bouquiner, c’est mon dada. Voici donc une petite sélection de livres, qui selon moi, sont des « must read » !!
Un pouvoir nommé désir (Catherine Nay) : avant de lire ce livre, il urge de se débarrasser de tous les a priori que vous pouvez avoir ou que vous avez sur le sieur Nicolas Sarkozy. Car c’est bien de lui qu’il s’agit dans cette biographie. Mon ancien prof de géopolitique me l’avait conseillé, et je n’ai pas regretté de l’avoir lu. Au – delà de l’antipathie que Nicolas Sarkozy inspire à certains, l’on se plonge avec délice (s) dans ce récit, pour découvrir sans ambages d’où il tire son incroyable énergie. 
Aspirant toute sa vie à présider aux destinées de la France, il va y oeuvrer, armé d’un culot et d’une volonté inébranlables.

Confessions d’une accro du shopping (Sophie Kinsella) : un ‘must read’ pour toute fashionista qui se respecte … Le film aussi n’est pas trop mal, car il retranscrit (à peu près) assez fidèlement les tribulations de l’héroïne, Becky Bloomwood, une shoppeuse invétérée qui ne peut résister à l’appel des magasins, au risque de s’attirer les foudres de son conseiller financier, le dénommé Derek Smith, qu’elle fuit comme la peste …
Au – delà de cette histoire de chiffons, tout au long des pages, on découvre une fille attachante qui tisse des relations étroites avec ses vêtements, au point que chacun d’eux est chargé d’histoire. Comme sa célèbre écharpe Denny & Georges verte.
Dans le même esprit, vous pouvez aussi lire :
– L’accro du shopping dit oui
– L’accro du shopping à Manhattan
– L’accro du shopping a une soeur
– Mini accro du shopping

L’audace d’espérer (Barack Obama) : il me semble avoir déjà dit à quel point j’aimais Barack Obama. Enfin  aimer n’est pas le mot adéquat pour qualifier ce que je ressens pour ce monsieur aux grandes oreilles (ce qui le rend plus charismatique d’ailleurs). Nonobstant le fait qu’il soit un homme de couleur qui a eu pour ambition de gouverner les Etats – Unis d’Amérique, ce que je retiens de ce livre, c’est qu’il faut croire en ses rêves, aussi démesurés et insensés soient – ils. Car comme son nom l’indique, il faut avoir de l’audace et surtout … espérer !
Écrivain doué et orateur charismatique (sa voix me captive), il maîtrise l’art oral, jongle avec les mots, le tout au travers d’écrits et de discours pétris de pertinence et de sensibilité.

Tant que je serai noire (Maya Angelou) : pas besoin de présenter Maya Angelou. Figure emblématique de l’histoire des USA, Maya Angelou s’est engagée à corps perdu dans le XXe siècle américain. ‘Tant que je serai noire’ est un roman autobiographique, qui retrace une partie de la vie de l’auteur, et trouve son point de départ au moment où, décidant de devenir écrivain, elle débarque à New York avec son fils. Elle s’installe à Harlem, épicentre de la culture afro de l’époque, et où elle fera des rencontres qui seront plus que déterminantes dans sa vie : Billie Holiday, Martin Luther King, Malcolm X ou encore James Baldwin pour ne citer que ceux – là.
Ce qui m’a le plus touchée dans ce livre, c’est l’humilité avec laquelle Maya Angelou conduit son récit. Elle aurait pu se glorifier d’avoir côtoyé des personnes qui ont marqué l’histoire afro – américaine, mais non, elle nous fait partager avec une exquise simplicité son parcours.

La couleur des sentiments / The help (Kathryn Stockett) : quand j’ai acheté ce livre l’été dernier, je ne l’ai pas lu tout de suite. Etant prise par mes différentes activités et lisant la Couleur pourpre (excellent livre aussi), je n’y ai pas fait tout de suite attention. Mais devant me rendre à Dakar et n’ayant pas d’autre livre, je décidais de l’emporter et de le lire dans l’avion. Durant tout le trajet, je n’ai pas décollé mon nez du livre. La couleur des sentiments est le livre le plus poignant que j’aie jamais lu de toute ma vie !!
L’histoire se passe à Jackson, dans le Mississipi, au sud des USA dans une période fort ségrégationniste. Dans cette petite ville de l’Etat de Georgie, les noires font le ménage et servent de bonnes à tout faire, alors que les blanches font partie de la « haute » société. C’est alors qu’une d’entre elles se détache du lot : Miss Skeeter. Lasse des niaiseries de ses amies qui rabaissent sans cesse les gens de couleur, elle va se lever pour combattre cette injustice et écrire un livre qui recueillera les témoignages de centaines de bonnes (d’où le titre du film, The Help).
Aidée de deux bonnes Minnie et Aibileen, qui au départ n’en voulaient pas entendre parler, elle va bouleverser la tranquillité de cette bourgade et changer les choses.
Le film, qui dure deux bonnes heures, n’est pas mal non plus. Adaptation assez fidèle de l’ouvrage, il m’a arraché des larmes, surtout avec la jeune Mae Moblay, qui s’était prise d’affection pour Aibileen.

Un jour (David Nicholls) : ce livre est le tableau d’une sublime d’amour qui durera pas moins de deux décennies. Emma et Dexter, deux jeunes gens que tout sépare, vont s’éprendre l’un de l’autre, mais vont se chercher toute leur vie durant. D’abord amis, ensuite amants, redeviennent amis, pour ne plus se quitter.
Superbement construit, ce roman relate toutes les étapes qui jalonnent la vie d’un être humain : l’adolescence et des rêves pleins la tête, le passage à l’âge adulte et les illusions perdues, les occasions manquées, et la prise de conscience que le grand amour était là, à portée de main …
Le film aussi est à voir. Emma, campée par la sublime Anne Hathaway, ne donne pas une ride au personnage. Elle le joue à la perfection !

Bonne lecture

Ndèye Fatou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s