Publié dans Au Sénégal

La fin du règne de l’impunité : oui, mais à quel prix ?

Tout comme mon post précédent, (cf le tonton et la nièce), celui – ci va emboucher la même trompette. Mais, au lieu de traiter uniquement de ce qu’il convient d’appeler désormais le YerimGate, je pousserai l’introspection un tantinet plus loin.  Mais, les éléments d’analyse qui vont suivre tourneront tous autour de la justice sénégalaise.

Hier Mercredi 26 Septembre 2012, marquait le 10e anniversaire du naufrage du bateau le  » Joola « . Qui, de Dakar à Bignona, n’a pas perdu un proche dans le bateau? Ou si ce n’est pas le cas, on connaît tous quelqu’un qui a perdu un parent dans cette tragédie qui a fait quelques 2000 victimes …

Le bateau, conçu à l’origine pour contenir 500 passagers, en a accueilli quatre fois plus. Il s’en est suivi la catastrophe que tout le monde garde en mémoire … Dès lors, ce fut le branle – bas de combat. Le slogan  » Plus Jamais Ça « , répété et galvaudé à l’envi, fut le point de départ d’une conscientisation et d’un changement de comportement (hypocrite?) de la part des Sénégalais si laxistes et irresponsables naguère … Les cars  » rapides  » et les  » NDiaga NDiaye  » furent désengorgés, se mirent à respecter le code de la route un tant soit peu, chaque citoyen surveillait son voisin, prêt à le tancer vertement à la moindre incartade, au moindre manquement … Une nouvelle ère s’installait …

Mais 10 ans après, qu’en reste – t – il? Pas grand chose … Les transports sont aussi dangereux qu’avant, sinon plus, les accidents de la route font foison, la corruption gangrène notre société, des immeubles s’effondrent chaque jour … A l’image de la dalle du célèbre (et si vieux) marché Sandaga, qui, comme je l’ai lu hier matin, peut céder d’un jour à l’autre. Combien de véhicules sont mis à la circulation sans une visite technique digne de ce nom? Une pléthore !

Ne parlons même pas des inondations, qui année après année, apportent leur lot de  » poto poto  » et de désolation …

Pour en revenir à la question du  » Joola « , la plainte déposée par le collectif des familles des victimes françaises a été jugée saugrenue par beaucoup de mes compatriotes. En effet, ledit collectif, dans le souci de faire la lumière sur cette catastrophe, a porté plainte contre l’Etat du Sénégal. Leur douleur est tout à fait légitime, car le  » Joola  » ne doit pas être considéré comme un bibelot (trop?) encombrant que l’on dépoussière une fois par an. Concrètement, qu’est – ce qui a été fait? Rien, niente, nada ! Le Ministre des Transports de l’époque a certes été limogé avec fracas, ainsi que le Directeur de la Marine Nationale, les victimes  » indemnisées « , comme si l’argent pouvait gommer le traumatisme subi …

A ma connaissance, il n’y a aucun responsable (direct) qui a eu maille à partir avec la justice … Quand on peut trouver des dizaines de milliards de nos (pauvres) francs pour ériger une statue de la Renaissance ou encore une autoroute à péage, on peut trouver les moyens pour situer les RESPONSABILITÉS !

Au lieu de sortir le sempiternel discours de responsabilisation année après année ou encore de déposer des gerbes de fleurs à la mémoire des disparus, AGISSONS !

Mon cher pays le Sénégal, dont les valeurs démocratiques sont louées (et enviées) partout en Afrique, du Cap au Caire, est aussi la contrée de l’IMPUNITÉ sous sa forme la plus vile …

Où est Hissène Habré? L’ex – dictateur tchadien, que Me Abdoulaye Wade avait promis de faire juger à grand renfort de déclarations, coule (toujours) des jours heureux au pays de la Téranga.

L’homme, pourtant accusé par diverses organisations de défense des droits de l’homme et par son (ex) peuple d’avoir attenté à la vie de nombre de ses compatriotes, n’est nullement inquiété et son jugement sans cesse reporté aux calendes grecques.

Les assassins de Me Babacar Sèye, le Président du Conseil Constitutionnel, froidement abattu en Mai 1993, n’ont – ils pas été amnistiés? Et ce, sans même avoir été jugés !

Quant aux  » détourneurs  » de fonds de l’ère Wade, à part quelques auditions à la DIC (et encore !) ou quelques farfouillages par rapport à leur patrimoine, rien n’est fait !!

Je ne saurai terminer cet article (fort long, je l’avoue) sans parler de l’issue de l’affaire opposant Cheikh Yérim Seck à Aïssata Tall. J’ai appris hier qu’il a écopé d’une peine de 3 ans de prison fermes, en sus de 3 millions de dommages et intérêts à verser à la famille de la  » victime « .
De qui se moque – t – on?

Cette affaire me désole profondément, et ce pour les deux protagonistes. Je pense en avoir assez parlé dans mon précédent post, mais l’issue du procès qui nous a tenu en haleine près de deux semaines a connu son épilogue hier. Sa fin me conforte dans l’idée (que j’avais déjà) que la justice sénégalaise est à DEUX vitesses.

CYS a grandement fauté, ça je n’en disconviens pas. Car courtiser une fille aussi jeune, est contraire à la morale … C’est la raison pour laquelle je pense qu’il y a eu confusion au niveau de deux termes distincts, que sont la JUSTICE et LA MORALE …

Le délit d’adultère est impardonnable, car être marié à deux belles femmes (comme il aimait à le répéter) et aller voir ailleurs, fait mal au coeur.

La fille était fichtrement consentante, car une victime de viol, avec tout le traumatisme qu’un rapport sexuel forcé engendre, ne se lève pas après pour vaquer tranquillement à ses occupations.

Pour finir, je dirais simplement que l’impunité, à quelque échelle que ce soit, doit CESSER ! La conscientisation de masse qui a abouti à l’élection du Président Macky Sall, ne doit pas s’arrêter là.

La justice, avant de prononcer des peines juste parce qu’il faut un coupable, ou parce qu’elle subit des pressions tous azimuts, devrait étudier le fond du dossier et en maîtriser tous les tenants et aboutissants.

Je retiens juste une chose : les minettes s’en donneront à coeur joie …

Bonne lecture

NFK

Publicités

3 commentaires sur « La fin du règne de l’impunité : oui, mais à quel prix ? »

  1. — Je pense que c'est une peine trop sévère pour une affaire aussi "louche". La médiatisation de cette affaire a fini par jouer en défaveur de sieur SECK. Cette affaire était l'occasion rêvé pour les ennemis (bien nombreux) de CYS de lui faire la peau, aux organisations féminines de lutte contre les violences faites aux femmes (viol y compris) de se faire entendre et enfin à la justice sénégalaise de montrer son incapacité à gérer de gros dossiers en délivrant des jugements justes…Encore Merci…TS

  2. Le pire est que maintenant que le drap a ètè sali, cette demoiselle Tall se voit enfin liberee du fardeau…. Elle pourra desormais sen donner a coeur joie sans devoir justifier plus tard de cette "perte". C'est vrai qu'il est bcp plus facile de dire "c'est la faute d'un certain CYS, plutot que c'est ma faute" !! Shame on this F… system !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s