Publié dans Music

Baye Pène

ImageIl est de ces artistes dont les oeuvres (musicales) sont inter – générationnelles … D’une génération à une autre, lesdites oeuvres ne prennent pas une ride, éveillent, (ré) éduquent, surtout chez les jeunes, frange la plus vulnérable de toute population … En un mot, décennie après décennie, les oeuvres musicales d’un  » réel  » artiste s’actualisent et sont plus que jamais d’actualité …

Le nom de son groupe n’aurait pu être mieux choisi : le Super Diamono … Signifiant littéralement époque en ouolof, ce nom vient corroborer les propos que j’ai tenus plus haut …

J’ai été très tôt initiée à la musique de Omar Pène … Mes grands frères étant de grands fans du Super Diamono, mes jeunes oreilles étaient accoutumées à écouter les merveilleuses sonorités distillées par le groupe de Baye Pène.

Si je peux donner un avis de novice, je puis dire que ce qui a fait le succès national et international de Omar Pène, c’est sa constance, son incroyable énergie, mais aussi son inestimable engagement envers des causes nobles à souhait : lutte contre la pauvreté, contre les maladies qui tuent en Afrique (malaria, choléra, tuberculose …), sa foi inébranlable en ce continent tant spolié et pillé, les phénomènes de société telles que les agressions, les enfants de la rue, le chômage chez les jeunes, l’exhortation aux études …

Pas étonnant en ce cas que la jeunesse l’ait affublé du sobriquet de Baye Pène, à savoir Papa Pène …

Souvent, quand on me demande pourquoi j’aime la musique de Omar Pène, dont la majeure partie du répertoire précède fortement ma naissance, je réponds que c’est parce qu’il chante … avec le coeur et que ça se sent ! Explication tirée par les cheveux pour certains, mais je n’en ai pas d’autre … Sans exagérer aucunement, voir Omar Pène chanter Wudjou Yaay (la chanson sur la co – épouse de sa mère qui l’a tant maltraité) transpire le vécu et renseigne éloquemment sur la grandeur d’âme de l’artiste …

ImageJ’ai toujours souhaité écrire un article sur Omar Pène, mais je ne savais jamais par où commencer, car il y a tant à dire sur cette sommité de la musique sénégalaise et africaine … L’album anniversaire de ses 40 ans de carrière m’en a donné l’occasion. 40 ans ! Ni 10 ans, 20 encore, et encore moins 30 ans, mais quatre décennies !

Cet album, véritable voyage dans le temps, est un véritable joyau, car Baye Pène nous montre (encore une fois) l’immensité de son talent et souligne en outre que le temps n’a aucune espèce d’emprise sur lui …

Tracklist :

* Ada : cheville ouvrière du Super Diamono à l’époque, Adama Faye est un génie créateur qui a mis sur fonds baptismaux le Super Diamono. Cette chanson lui rend un vibrant hommage, à travers l’appui qu’il a apporté à un Omar Pène débutant dans la musique. Les séances de répétition en sont l’illustration parfaite …

* Rose : une magnifique chanson dédiée à Rose, une compagne de longue date de Baye Pène, à laquelle on a greffé l’une des plus célèbres chansons de Baye Pène, Agresseurs, dans laquelle il exhorte les jeunes à aller travailler et cesser de s’adonner aux agressions …

* Toureundo : dans ce morceau, Omar Pène chante son homonyme, qui porte donc son nom et avec lequel il partage de nobles traits de caractère …

* Cheikh Anta : on ne présente plus Cheikh Anta Diop. Chercheur, anthropologue, égyptologue et scientifique internationalement (re)connu, il a oeuvré sa vie durant à faire rayonner la  » race  » noire de par ses brillantissimes thèses … En outre, la principale université de Dakar porte son nom.

Mais depuis de nombreuses années, ce temple du savoir est le théâtre de manifestations et grèves en tout genre : Funiouy déém di outi xél kénn waroufa sandi khér !

ImageLe message est clair …

* Yoonwi : chaque individu doit s’efforcer de choisir sa voie et y exceller, de façon à prendre en main sa destinée …

* Baïla : ma chanson préférée de l’album …

A l’instar de Adama Faye, Omar Pène rend un vibrant et émouvant hommage dans cette chanson à Baïla Diagne, celui qui, en 1972, a initié le jeune Omar Pène à la musique et a fait de lui ce qu’il est présentement …

Sur fond d’une superbe mélodie, Omar Pène retrace son (brillant et riche) parcours de 1972 à nos jours …

Warou : là, Omar Pène remixe une ancienne chanson, Warou, dans laquelle il fait le round – up de la situation du continent : Liberia, Angola, Somalie, Ethiopie, Liban, Palestine, Bosnie …

Ce qui rend magnifique cette version 2013 de Warou, c’est qu’il y rend hommage à ses compagnons, les ténors, qui comme lui, ont bourlingué pour se hisser au faîte de la musique sénégalaise : Baaba Maal, Youssou N’Dour, Thione Seck, Ismaël Lô … Sans oublier Didier Awadi …

Fan : l’Afsud (l’Association des Fans du Super Diamono) abat un travail remarquable autour de leur passion pour le Diamono et ils sont à l’honneur dans cette chanson …

* Woma djéguéla : hymne à l’amour, sensuel et poétique, il appelle sa dulcinée à se rapprocher de lui pour que triomphe leur amour …

* Mouride : une ancienne chanson aussi remise au goût du jour, Mouride parle des hauts faits du fondateur de l’idéologie du Mouride, à savoir Cheikh Ahmadou Bamba …

Au terme de cet article dans lequel j’ai mis toutes mes tripes (littéralement), car il m’a fallu quantité de brouillons pour en arriver au bout, je vous souhaite une agréable lecture !

Love

NFK

Publicités

9 commentaires sur « Baye Pène »

  1. c’était touchant!!je le decouvre grace a toi,je n ai pa vraimen été sensible a sa musique car ne l’ayant mempa ecouté.c’etait UNE GRAVE ET STUPIDE ERREuR MAIS JE ME RATTRAPE GRAVE A TOI!merci<3!woudjou yaye so sweet and sad!ta raison c le cœur ki parle!de la musique cm je laime!

  2. Nous avons passé une bonne part de notre jeunesse « à suivre » le Super DIAMONO. L ‘histoire de ce groupe est l’un des plus riches de la musique africaine. Que de souvenirs lorsque ce groupe fut à son apogée dans les années 80. Le départ d’Ismael LO et du percussionniste Aziz SECK laissat un grand vide qui fut comblé par la venue d’Alassane DJIGO, de Mamadou Lamine MAIGA et de Moussa NGOM. Le groupe connut une des périodes les plus intenses dans sa longue vie. Hélas c’est vers la fin des années 80 que le groupe connut des remous qui lui donnera « une autre identité » dans le style Oumar PENE et le Super Diamono de DAKAR.
    La série des départs des « ventistes » Alain EDGAR et M. LO, des guitaristes Lamine Faye et Bob SENE, de Moussa NGOM ,l’instabilité de MAIGA secouèrent la bande « des dix garçons dans Le vent » qui avait écrit en plus de deux décennies l’une des plus belles pages de la « worldmusic »….

    C’était hier…un des refrain célèbre fut  » SUPER DIAMONO DIAMONOOY BAMBA LAA »

  3. Excellente analyse de l’album. Pour Rose, faudra aussi ajouter que c’est une amie tres proche a Banna Ndiaye. C’est cette meme Rose qui a introduit Baye Pene a sa future femme a la fin des annees 70.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s