Publié dans Music

Vu et adoré : Get on up, the James Brown Story.

Get-On-Up-posterJe ne suis pas une grande adepte de films, mais il m’arrive quand même d’en regarder, surtout s’il s’agit de biopics. A l’image de l’excellent film sur Ray Charles, incarné par le non moins excellent Jamie Foxx, ou encore Ali, campé par un Will Smith époustouflant.

Depuis deux bonnes semaines, j’entendais parler de Get on up et au vu des critiques et des avis que j’ai pu lire, ce film valait le détour ! Non seulement en raison du personnage dont la vie était contée – James Brown – mais de la façon dont le film était mené.

518345422_cv1Dirigé par Tate Taylor, qui nous avait gratifiés de the Help, la version cinématographique du roman du même nom de Kathryn Stockett, Get on up était parti pour être un succès ! Au casting, Viola Davis, Octavia Spencer (respectivement Aibileen et Minnie dans the Help), Tika Sumpter, Dan Aykroyd, Nelsan Ellis, et Chadwick Bosewan qui a eu la lourde charge d’être James Brown ! Tout un programme …

Dès l’entame du film, nous voici plongés dans le quotidien du petit Junior, du sobriquet dont l’affublaient ses parents … Père alcoolique, coléreux, souvent absent, mère souffrant de cette situation, mais néanmoins amoureuse de son mari, et attachée à son fils. A chaque réapparition du mari, les coups pleuvent, les insultes fusent, mais tout finit par se solder par des ébats passionnés … Le tout sous les yeux de Junior, qui écarquille les yeux et ne comprend pas ce qui lui arrive …

Get On Up CastEn ayant eu assez, sa mère (Viola Davis) finit par s’en aller, après s’être vue menacer de mort, et laisse le petit Junior avec son père. Commence une existence chaotique et solitaire avec ce paternel pas des plus affectif. Quand celui – ci décide de vouloir s’engager dans l’armée, il laisse son fils à l’une de ses cousines (Octavia Spencer), tenancière de bordel, qui charge son neveu de lui ramener des soldats pour passer la nuit avec ses « filles ». Junior semble se complaire dans sa nouvelle existence, car avoir un toit et de quoi manger est pour lui source (s) de bonheur …

Les choses se compliquent quand il vole un costume trois – pièces et se voit condamner à plusieurs années de prison. Son existence va changer quand il rencontre Bobby Byrd, qui chantait déjà dans un groupe à l’époque et forme avec James et quelques autres férus de musique le groupe the First Flames. Leur look, leur musique fera le reste … Partout où ils passent, les têtes se tournent devant les blazers scintillants, les cheveux défrisés et gominés, le déhanché de James, la musique endiablée …

James commençait à se faire connaître, et à conquérir de plus en plus de gens, noirs comme blancs. La cassure avec les autres membres du groupe s’opère lorsque son nouveau producteur voudra changer le nom de scène en James Brown and the First Flames. Ils partent et Bobby reste, et aide son ami à recruter d’autres musiciens.

La légende était née … The Godfather of Soul marquera les plus belles années de sa carrière, avec ses mémorables shows à l’Apollo, où il faisait toujours salle comble, l’hystérie qui s’emparait de ses fans, mais surtout l’énergie hors du commun qu’il déployait.

Get-On-Up-13-Chadwick-Boseman-and-Nelsan-EllisA côté du succès sans égal qu’il connaissait, James devient de plus en plus mégalomane … Addict aux drogues, coléreux, ne supportant pas la critique, violent avec les femmes qui ont partagé sa vie, il verra de nouveau ses musiciens le quitter, mais Bobby restera.

The funk never quit !  dira – t – il à son ami, phrase épique résumant tout ! Mais comme toutes les légendes, James Brown, centré sur lui – même, verra rouge quand Bobby l’informera de sa volonté de sortir un album solo, et c’est là qu’aura lieu la cassure définitive.

Le film se termine sur une note triste : séparation avec Bobby, dislocation de son groupe, rupture avec sa mère, revenue au moment de la gloire, James Brown demeurera certes au faîte de la gloire jusqu’à sa mort, mais sera seul tout le long de sa vie …

first-look-chadwick-boseman-james-brown-get-on-up-movieUn film vrai, car il lève le voile sur certains aspects de la légende du funk et de la soul, et surtout ne tombe pas dans la caricature excessive, et rend un vibrant hommage à cet homme à la trajectoire fulgurante …

Repose en paix l’Artiste !

Bonne lecture (et bon visionnage)

NFK

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s