Concernant le rap français, je suis plutôt une puriste : IAM, Mafia K’1 Fry, Oxmo Puccino, Lunatic, Suprême NTM. J’ai effectué une légère mutation quand Kery James s’est mis en solo. Son album Ma vérité, a longtemps été un de mes favoris. Sa plume, son flow, son engagement, sont autant de caractéristiques qui me font apprécier le MC le plus Africain des Antillais …

Le meilleur d’entre tous (selon moi), c’est Claude Mbarali aka MC Solaar. Je pense ne pas avoir besoin de dire pourquoi le rap de MC Solaar me « parle », car tous les amoureux de sa belle plume vous le confirmeront.

Screenshot_2015-05-30-22-41-19-1J’ai pour la première fois entendu parler de Youssoupha avec son album Noir D**** et quand j’ai su qu’il était l’un des fils de Tabu Ley Rochereau, j’ai su qu’il ne pouvait être que bon … Ses chansons On se connaît, Fire (en featuring avec Ayo), Espérance de vie et Les disques de mon père (en duo avec son père), sont autant de morceaux que j’avais bien aimés …

Mais sans plus, je le reconnais …

Depuis peu, j’ai commencé à le suivre, car un ami n’arrêtait pas de me dire que je devrais m’intéresser au rap de Youssoupha, et pour peu que je prenne le temps de l’écouter plus attentivement, son rap me plairait.

J’ai suivi le conseil et j’avoue ne pas l’avoir regretté …

En prélude à son nouvel album NGRTD, il a sorti deux clips que j’ai pris le temps de regarder et d’écouter (surtout les lyrics). L’un d’entre eux, Pharaons et Fantômes, tourné en Côte – d’Ivoire, est un titre où l’on sent l’engagement du rappeur. Le lyriciste bantou, le sobriquet dont il s’affuble (et que j’aime bien, cela va sans dire). La vidéo, toute en noir et blanc, est d’une grande beauté, de même que les lyrics dont je note quelques – unes en vrac : Je combats avec mes armes, sors de ma réserve / Je reprends à César ce qui appartient à Césaire / Tout ce qui est fait pour nous, mais sans nous, est fait contre nous / Démocratie en grève / Le pouvoir n’appartient pas à ceux qui gagnent les élections, mais à ceux qui gagnent la guerre / Si l’album s’appelle Négritude, c’est seulement la faute de Jacques Foccart

Magnifique, n’est – ce pas ? Rien ne me séduit tant qu’un Africain (peut importe l’endroit où il se trouve, qui a recours à sa culture, car nous portons tous l’Afrique en nous).

A visionner ici : 

Le deuxième opus, Public Enemy, avec une superbe intro en lingala (l’un des dialectes les plus parlés au Congo) est un morceau d’ego – trip dans lequel l’artiste clame son appartenance au hip – hop et la place prépondérante qu’il occupe dans celui – ci.

A visionner ici : 

Screenshot_2015-05-30-22-41-29-1Ces deux morceaux m’ont donné un agréable avant – goût de ce qui allait suivre, à savoir l’album NGRTD.

Avant d’aller plus avant dans ma tracklist, posons – nous quelques minutes et revenons sur le titre de l’album, à savoir NGRTD, contraction de NEGRITUDE.

La négritude, kesako?

La négritude est un courant littéraire et de pensée, créé durant l’entre – deux – guerres, rassemblant des écrivains francophones à la peau noire, tels que Aimé Césaire, Léon Gontran Damas, Guy Tirolien, Birago Diop, René Depestre, et dans une moindre mesure … Léopold Sédar Senghor.

Prônant l’anticolonialisme et l’affranchissement des intellectuels des chaînes de la métropole, le mouvement de la négritude a influencé bien des mouvements analogues et étendu ses tentacules au – delà des frontières africaines, avec notamment le mouvement du Black Nationalism aux USA.

Alors quand Youssoupha décide d’appeler son album NGRTD, le symbole est assez fort pour mériter que l’on s’y attarde. Un grand bravo à l’artiste pour l’effort de conscientisation et de de pédagogie auquel il s’emploie. Car un artiste, ce n’est pas seulement une machine à tubes, c’est aussi quelqu’un qui véhicule des messages et « éduque » son auditoire. C’est l’une des nombreuses raisons pour laquelle j’adore Kery James !

NGRTD se compose de 16 titres, et je vais parler des titres que j’ai le plus aimés, afin de ne pas rendre ce post trop long (je sais, il l’est déjà !) et surtout, vous donner envie d’aller le (re) découvrir, si ce n’est pas déjà le cas !

* Où est l’amour?

Ce titre ouvre l’album. C’est mon préféré de l’album. Au – delà du beat que j’ai kiffé, le rappeur réaffirme que l’amour est son moto et que c’est son oxygène. Sa maman qu’il a perdu, ses soeurs qu’il aime, ses détracteurs qui le font avancer, son fils Malik qui est sa fierté, sont autant de composantes dans la vie de Youssoupha, qui chacune prise à part, le boostent. Une petite dose d’ego – trip apporte un peu de sel : Je ne suis pas le seul, je suis le meilleur / Mon album n’est pas le disque de l’année / C’est le disque de l’année prochaine.

Screenshot_2015-05-30-22-41-35-1La voix de Léopold Sédar Senghor clôt le morceau, et on entend le poète expliquer la phase de maturation par laquelle il passait pour écrire ses poèmes.

* Salaam 

Youssoupha passe le salaam à ses fans, où qu’ils puissent se trouver : en Hexagone (la banlieue et la capitale), au Sénégal, dans les Antilles, au Gabon, à Kinshasa …

Déterminé à réussir quoi que cela puisse lui en coûter, l’artiste réaffirme sa place dans le hip – hop français et n’oublie pas ses racines en Afrique Noire (clin d’oeil au Congo Kinshasa).

* Points Communs

Bien sûr qu’on travaille pour le bien commun / Ne cherchons pas nos failles, mais nos points commun / Gagner des batailles par nos propres mains / J’ai dû faire le double pour qu’on me donne la moitié / Je dois taffer dur pour rentrer dans les livres.

Le rappeur prône l’unité, qui permet de souder une communauté, mais aussi de gravir les échelons de la réussite, en lieu et place de la division qui fait tant de dégâts … Il a trouvé son exutoire dans le rap et a en quelque sorte pris une « revanche » sur la vie, eu égard à l’échec auquel on le prédestinait …

* Maman m’a dit

Une chanson en hommage à sa maman. J’avoue avoir écrasé une petite larme en l’écoutant. Dans le morceau, le rappeur se rend compte du caractère éphémère de la vie (Plus rien ne me ramènera ma mère, même pas les disques d’or / Je gagne ou je perds, au moins j’aurai pris des risques d’homme / Maman m’a dit tout ce que la vie peut reprendre et redonner / Un jour, je me sens trop petit, un jour, je suis trop fort).

* Memento 

Aujourd’hui est le premier jour du reste de ma vie …

L’artiste se rend compte que le showbiz l’a happé, et même dans ses rêves, il rêve de HBO et de vidéos en haute définition.

Le concept  de cette chanson est très original. Sous forme d’écriture amnésique, il effectue des allers – retours entre les différents thèmes abordés et nous permet d’avoir une vue d’ensemble des thématiques qui lui sont chères.

* Love musik

Un autre duo avec Ayo, sur le thème de l’amour. Love is the answer / Love is the key / Why can’t  you love me? / Pourquoi on s’élimine, 7 milliards d’ennemis / Indignez – vous pour vous, mais indignez – vous aussi pour les autres

unnamedYoussoupha prône pour que l’amour revienne dans nos quotidiens, et qu’au lieu de se regarder en chiens de faïence, nous devons être une entité unie et indivisible et quelle que soit notre croyance (Allah, Jah, Yahvé, Nzambé, Almighty God), nous sommes amnenés à cohabiter sur cette terre !

* Chanson française

Youssoupha veut que l’on considère comme une musique faisant partie intégrante de la musique française. Il déplore le fait que le hip – hop soit marginalisé, et si les rappeurs veulent que le rap soit respecté et considéré, ils doivent commencer à respecter leur art.

* Entourage

L’époque dans laquelle nous vivons nous pousse de plus en plus à être individualistes et nous devons réinstaller le partage et l’entraide dans nos quotidiens. Youssoupha en fait le leitmotiv de ce morceau, en invitant à ses auditeurs à le partager autour d’eux.

* Niquer ma vie

Une autre chanson qui m’a beaucoup émue. La famille est un socle central dans la vie d’un individu, et on a coutume de dire que quoi que puissent faire les différents membres d’une famille, ils forment un bloc et on ne les choisit pas.

En prenant l’exemple de son frère qui fait des allers – retours en prison et dont son fils porte le nom, Youssoupha réaffirme l’adage selon lequel  » On ne choisit pas sa famille ».

Certains sont fiers de leurs frères, d’autres vivent dans l’ombre de ceux – ci, d’autres encore n’ont plus de famille. C’est à eux tous que le morceau est dédié.

* Négritude

Dans ce morceau, Youssoupha parle de ses débuts dans le rap game et indique les difficultés qu’il a eues quand il a commencé à travailler avec une major (une maison de disques), et l’absence de liberté artistique dont il a pâti dans sa musique.

A ses débuts, il y a 10 ans, il voulait donner à l’un de ses albums une connotation africaniste et l’appeller Négritude. Mais son label s’y est fortement opposé, et il regrette de ne pas avoir eu le courage d’imposer ses idées.

Cette expérience malheureuse l’a amené à créer son lapel indépendant Bomayé Music, et il a  enfin eu son album NGRTD.

Un juste retour des choses !

Pour ceux qui ont écouté NGRTD de bout en bout, vous aurez remarqué que je n’ai pas parlé des morceaux A cause de moi, Le score, Mannschaft, Black Out, Smile et Mourir mille fois. 

Je ne dis pas que ces chansons ne valent pas le détour, mais je les ai moins aimées. Ce qui n’empêche pas le fait que NGRTD est un album à écouter sans modération. Avec cet album, Youssoupha prend une place prépondérante dans la liste de mes rappeurs préférés.

Bonne lecture (et bonne écoute)

NFK

Publicités

2 réflexions sur “Mon album du moment : NGRTD* de Youssoupha

  1. Merci a YOUSSOUPHA
    Le rap grace a toi a une nouvelle valeur a mes yeux..tu laisses beaucoup apres toi et ce heritage se perpetura parce qu on aime le rap.Tes valeurs resteront et seront transmissent sois en sur.
    Par manque de moyens d’expressions nous(fans et passionnés de rap)errons dans l’ombre en etant patients
    #etre_patients_c’est pas attendre_mais_agir_en_attendant#

  2. Merci a YOUSSOUPHA
    Le rap grace a toi a une nouvelle valeur a mes yeux..tu laisses beaucoup apres toi et ce heritage se perpetura parce qu on aime le rap.Tes valeurs resteront et seront transmisent sois en sur.
    Par manque de moyens d’expressions nous(fans et passionnés de rap)errons dans l’ombre en etant patients
    #etre_patients_c’est pas attendre_mais_agir_en_attendant#

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s