En matière de série télévisée, je suis très sélective … A l’image de Scandal (https://cequejaidanslatete.wordpress.com/2013/06/14/scandal/), Orange Is the New Black (https://cequejaidanslatete.wordpress.com/2014/01/17/my-new-jam-orange-is-the-new-black/), Being Mary Jane (https://cequejaidanslatete.wordpress.com/2015/03/11/being-mary-jane/), ou encore How to Get Away With Murder, j’aime bien que que la série que je regarde projette une dose de rêve, de bluff, mais qu’elle colle un chouya à la réalité … En somme, réalité + rêve …

Vous me suivez?

Rien de plus relaxant que de suivre les péripéties des personnages à travers l’écran, les voir se sortir ou s’enfoncer dans les situations les plus rocambolesques qui puissent exister; mais aussi et surtout, imaginer comment ils se seraient débrouillés dans la VRAIE vie … Ce qui rejoint la dose de réalisme dont j’ai fait état plus haut …

sq_ballersCes caractéristiques en bandoulière, je me suis mise en quête d’une nouvelle série à regarder. Je suis ainsi tombée sur Ballers. Piquée par la curiosité, j’ai voulu en savoir plus. Voir Dwayne Johnson au cast, a suffi pour m’intéresser. Dwayne Johnson, l’inégalable Luke Hobbs de la saga Fast and Furious, toujours en proie avec la bande de Dominic Toretto et Brian O’Connor. Autre surprise de taille, un fils de Denzel Washington, le dénommé John David Washington était dans la team.

Je disposais donc d’assez d’éléments pour me mettre à visionner la série. Dès l’épisode 1, l’histoire démarre au quart de tour. Dwayne Johnson, ou encore Spencer Strasmore, son nom dans Ballers, est un joueur de footballeur à la retraite … Ayant récemment perdu un de ses coéquipiers, il est déboussolé et tente de donner un sens à sa vie. Rejoignant la firme Anderson Financial, par l’entremise d’un de ses amis, le survolté Joe, il tentera d’apprendre le métier, afin de se reconvertir en agent de joueurs.

Entre ratés et éléments de son sulfureux passé qui refont surface, il doit gérer les humeurs « d’enfants gâtés » du football tels que Vernon, ou Ricky.

Ah Ricky Jarrett !! Enchantée quand j’ai su que le fils de Denzel jouait dans la série, j’avais quelques appréhensions tout de même. Ce n’est jamais facile d’exercer la même profession que son pater; surtout quand celui – ci a plus que fait ses preuves dans le 7e art … But this isn’t about Denzel !

John David Washington, dans la peau de Ricky Jarrett crève littéralement l’écran ! Et j’exagère à peine quand je dis ça … Campant l’intenable Ricky, il joue à merveille ce rôle. Tantôt entrant dans des colères épiques car se sentant incompris dans ce monde impitoyable ou encore faisant des misères à sa compagne Anabella, il est fort !

Il atteint le point culminant de son jeu lors de la séquence entre son père et lui. L’ayant abandonné à sa naissance, il essaie de s’immiscer dans sa vie, maintenant qu’il voit que son fils est devenu un athlète de haut niveau.

260a64131c8eef7a83ecd487c5501dfeEn résumé, Ballers est une série à voir ! Sa trame réside dans l’univers bourré de testostérone et de machisme des joueurs de la NFL, mais une pointe de tendresse et d’émotion (s) – juste ce qu’il faut – vient à point nommé pour tenir en haleine le spectateur.

Bon visionnage !

NFK

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s