Publié dans Au Sénégal

En est – on vraiment réduites à cela ?

Ce post sera un peu virulent, et je m’en excuse à l’avance … J’annonce d’ores et déjà la « couleur », car avec certains sujets, on a tendance à heurter les sensibilités.

Dans la même veine que cet article https://cequejaidanslatete.wordpress.com/2010/08/03/le-mariage-un-reve-devenu-obsession/ écrit il y a quelques années et qui m’avait valu quantité de critiques (mais j’assume entièrement les propos que j’y ai tenus), car traitant de l’épineuse question du mariage. Je reviens parler du même phénomène, mais sous une tournure différente …

On sait à quel point les réseaux sociaux occupent une place importante dans nos existences. Facebook, Twitter, Instagram, Tinder et j’en passe, nous ne pouvons quantifier les heures que nous passons dessus à tchatter, poster des photos et écrire des statuts, follow des amis et s’abonner à des groupes de discussion et pages regroupant nos centres d’intérêt. C’est sur ce dernier aspect – les groupes – que portera ce post que vous avez sous les yeux.

10351687_1931273950432073_5093370789706467946_nLe plus souvent qualifiés de groupes secrets, et uniquement ouverts à la gent féminine (mais des mecs réussissent à s’inscruster, ne nous mentons pas), ce sont des forums où les filles s’efforcent à qui mieux mieux de partager leurs astuces, raconter leurs déboires (le plus souvent sentimentaux) et parler de make up, de chiffons … Bref, de tout ce qui intéresse la femme au XXIe siècle. Ayant été ajoutée automatiquement (merci Facebook et ses paramètres) à plusieurs groupes, j’ai pris le parti, avant de me désabonner, de parcourir les groupes, de lire les publications qui défilaient à la seconde et de me faire une idée de ce qui intéresse mes congénères de nos jours …

Quand elles ne désespèrent pas de trouver un mari parce qu’elles « vieillissent », ou encore à cause de la pression que leur fait subir leur entourage, car elles sont à la ramasse par rapport à leurs amies, elles se plaignent de leurs copains et/ou maris qui ne sont pas décidés à les épouser, ou quand c’est le cas, elles cherchent des astuces pour pimenter leur vie maritale et … sexuelle.

C’est sur ce dernier aspect que portent 80% des publications que j’ai eu à lire. Comment ferrer son homme, le faire grimper aux rideaux, le bourrer d’aphrodisiaques pour qu’il assure et n’aille pas voir ailleurs … Triste …

Oui triste, car nous sommes en 2016 ! J’aimerai ici faire une petite précision. Je suis une femme, un être humain fait de chair et de sang, amenée sans doute à me marier (Dieu sait quand), à avoir sans doute une descendance, mais dois – je en faire pour autant le centre de mon existence ? Dois – je passer toute ma vie à chercher à assouvir les désirs d’un homme ? Mes méninges doivent – elles être triturées h24 dans l’optique de tendre vers le coït ? Je crois que non …

Ce qui m’a le plus choquée, c’est que les rares fois où j’ai été amenée à intervenir sur les différents sujets, je me suis vue répondre que je ne savais pas de quoi je parlais. J’ai donc préféré me retirer et … observer !

La femme sénégalaise (c’est d’elle qu’il s’agit bien entendu !) est – elle réduite à remplir le ventre et satisfaire le bas – ventre de son conjoint ? Que fait – elle de sa carrière, de son accomplissement personnel, de sa recherche de plénitude intellectuelle ?

Quand j’aurai les réponses à ces questions, je dormirai sur mes deux oreilles … En attendant, je n’arrêterai pas d’écrire des posts de ce type, quitte à m’aliéner quelques – unes de mes moroom …

Bien cordialement,

Bonne lecture

NFK

Publicités

20 commentaires sur « En est – on vraiment réduites à cela ? »

  1. Merci NFK!! J’aimerai dire enfin! Enfin une jeune femme ait le courage de le dire!
    Il faut qu’on se le dise sérieusement, toute jeune femme instruite, en poste, ou en recherche de travail nourrit des ambitions et des rêves d’accomplissement professionnel et de plénitude intellectuelle, mais à un moment de sa vie, commence à subir la pression de la société, qu’elle le veuille ou non.
    Le « courage » réside dans le fait de ne pas se laisser « submerger » par cette pression et définir ses priorités.
    Là où je met un bémol, c’est que tu as tendance à généraliser. Moi je pense qu’il s’agit d’un choix à assumer. Ne soyons pas dupes, la femme sénégalaise dans la société sénégalaise devra forcément choisir ce qui prendra plus de place dans sa vie: son FOYER ou son Accomplissement Professionnel.
    ça ne changera pas de sitôt, j’aimerai vivre assez longtemps pour le voir.
    Merci pour ces posts, toujours bien écrits!

    1. Hello my girl !!
      Ravie de voir qu encore une fois, nous sommes du même avis. Oui je généralise et met malheureusement tout le monde dans le même panier (un défaut, j avoue !) et comme tu L as so brillamment dit, j espère vivre assez longtemps pour voir les choses changer et bouuuuuger !!!
      Je ne suis par contre pas d accord sur un aspect soulevé dans ton commentaire : pourquoi choisir ENTRE CARRIÈRE & MÉNAGE ? POurquoi ne pas concilier les deux ?
      One love 😍

    2. Tu as résumé exactement ce que je ressens. Mon fil d’actualité est emplie de trucs et d’astuces pour garder les hommes comme si c’était là le seul objectif des femmes. On me rajoute à des groupes où le thème principal est la pression de trouver un mari comme si celle d’atteindre un épanouissement personnel, m’installer dans ma carrière, être indépendante financièrement était quelque chose de secondaire. Mais… Je suis à côté de la plaque bien-sûr puisque quand je répond que ca ne devrait pas être une préoccupation principale et que la femme n’est pas privée de toute raison d’existence sans un homme on me taxe de féministe. Féministe un mot à la mode en ce moment qui sonne négatif et est trop souvent utilisé en totalement détachement de sa réelle signification. Merci pour ton article 🙏

  2. Hello miss!
    Je suis tombée sur ton billet par hasard.
    Je me suis posée la même question, car comme toi j’ai pu découvrir foule de groupes traitant du sujet de la couette sur Facebook. Sommes-nous réduites à cela?! Je crois clairement que non. Mais je vais également supposer que tout dépend du milieu, certains hommes fonctionnent ainsi et ne voient que cet aspect en leur femme. Ce qui est TRISTE!!! Surtout de nos jours.
    Bises à toi!

    1. Hello ! Merci d être passée par là. Ça fait plaisir. Oui on est d accord que le milieu nous conditionne sur beaucoup d aspects. Surtout nous les femmes. Mais dans toute chose ici bas, on peut conserver certaines ‘traditions’ et se délester d autres.
      Ce que je n accepte pas et n arrive pas à comprendre, c est pourquoi les femmes acceptent de se cantonner dans ce rôle d amantes et s y complaisent …
      Je n arrive pas à m y faire !!!

  3. Penelope Zang à écrit un article très intéressant sur le sujet pour L’Afrique des idées. Il y a un point que je ne saisis pas. En quoi le fait que des femmes se concertent pour faire grimper leurs hommes aux rideaux constituent une taré et un centrage sur les hommes? L’acte sexuel pratiquée comme un véritable échange procure un plaisir partagé. Plus une femme satisfera son mec mieux elle a de chance de trouver son compte et vice versa. Cela n’a rien à voir avec la quête de l’homme à tout prix. Je ne sais pas, je suis perplexe. Par contre, j’ignorais l’existence de tels groupes d’échange sur les réseaux sociaux.

  4. Il y a un angle qui, peut-être, n’est pas envisagé par Ndeye Fatou: l’absence de référente pour l’éducation des filles
    Je ne voudrai pas dire, surtout pas, « avant c’était mieux », mais il est clair qu’à l’époque de ma grand-mère ces choses là ne s’étalaient pas aux 4 vents car les filles trouvaient à l’intérieur de leur famille les réponses à leurs questions. Ok, ça ne change sûrement pas la nature de ces réponses (soumissions aux maris, quêtes absolue du mariage), mais, au moins, il y avait une certaine transmission. Si, aujourd’hui, les filles ont besoin de ces groupes facebook pour avoir des réponses, je pense qu’il faut, plutôt que de les fustiger, les plaindre…

    Quand au choix de prioriser la famille au détriment de la carrière, il s’agit d’une question que Toute société se pose. En Allemagne les femmes qui n’arrêtent pas de travailler quand elles ont des enfants sont, souvent, encore mal vu. Ce n’est pas l’apanage du Sénégal ou de l’Afrique.
    C’est le regard de toutes les sociétés qui devra changer sur la question de la maternité. La femme met l’enfant au monde, on fait alors peser sur elle une nécessité sacrificielle par rapport à la famille, mais aussi une espèce de « droit divin ». Au tribunal, en France, jusqu’à peu, dans 85% des cas la garde des enfants revenait à la mère, même quand tous les témoignages prouvaient que c’était le père qui, véritablement élevait les enfants.

    Changer cette propension des femmes à ne se voir qu’au travers le mariage c’est aussi changer tout le regard de la société, et remettre en question des choses qui nous semblent être des acquis (ex: l’enfant a plus besoin de sa mère que de son père 🙂 )

    Vaste discussion…

    PS: J’attends ton article sur les innombrables groupes « cheveux » 😀

  5. Se dépigmenter, avoir des fesses, faire grimper son homme, le mariage a remplacé le paradis… ça fait peur la femme au 21ème siècle mais tant qu’on n’aura pas ôté du mental le fait que l’épanouissement de la femme n’est pas lié à l’homme, on sera réduite à cela. Comme dirait une femme que j’admire, il faut vraiment élever le niveau en 2016. on m’a déjà taxée d’anormale parce que je suis célibataire et veux aider les femmes célibataires à ne pas vivre le célibat comme une malédiction

    1. Je suis entièrement d’accord avec Grâce – ma propre perspective sur la vie a profondément changé quand j’ai enfin compris que je n’avais vraiment pas besoin d’un mariage ou d’une « relation sérieuse » avec un homme pour me sentir heureuse et épanouie. Je me sens désormais beaucoup plus à l’aise dans la vie, et aussi dans mes relations avec les hommes parce que je n’ai plus jamais le sentiment d’être dans l’obligation de trouver quelqu’un avec qui je pourrais partager ma vie … Tant de gens taxent d’anormales toutes les femmes qui osent penser et vivre comme elles veulent; je suis heureuse que cela n’ait pas du tout découragé Grâce. C’est une discussion vraiment intéressante et importante – un chaleureux merci à Ndeye Fatou qui l’a initiée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s