IMG_6352« Oumar Demba Bâ a écrit un ouvrage didactique ». C’est la phrase que j’ai eu en tête quand j’ai refermé la dernière page de ce livre dédié à Baaba Maal et à son œuvre, tant la lecture de ce livre sur non seulement la musique de Baaba Maal (normal vu qu’il est le sujet principal), mais aussi sur les valeurs et rites qui font la poulagou, la communauté Hal Pulaar.

Après le livre consacré à Omar Pène (dont j’ai parlé ici : https://cequejaidanslatete.wordpress.com/2016/04/27/lu-omar-pene-un-destin-en-musique-de-babacar-mbaye-diop/), c’est avec un grand plaisir que j’ai su la parution d’un autre livre, cette fois – ci centré autour des œuvres de Baaba Maal, le roi du Yéla. Je crois fermement que les personnalités publiques, quel que puisse être leur domaine d’activité, doivent léguer, en sus de leurs œuvres, des écrits. Cela aidera les jeunes en quête de modèles à s’y retrouver.

L’histoire commence dans la région de Podor, sur les bords du fleuve Sénégal. Le jeune Baaba, issu de l’ethnie Thiouballo, les maîtres du fleuve, était destiné à une carrière de Diaaltaabé, du nom que l’on donne à celui qui maîtrisait les connaissances ésotériques du fleuves, inaccessibles au profane. Mais le destin en décidera autrement. Baaba, fasciné par la voix mélodieuse du paternel, ancien combattant reconverti en muezzin, commencera à développer un intérêt certain pour la musique. Ce que son père n’acceptera pas. Son fils n’était pas un griot, mais un Thioubalo digne de ce nom, donc un noble. Il ira à l’école, fera des études et exercera une profession autre que celle de musicien.

La vie du jeune Baaba se partagera entre Podor et Ndioum, autre région du Fouta, fief de sa famille maternelle. Après les études primaires, il migrera vers Saint – Louis, où son talent sera pleinement reconnu, à travers les animations socio – culturelles que son Lycée Charles de Gaulle lui permettra de découvrir.

baaba-maal-650x330.jpgNul n’échappe à son destin. La musique faisait partie de l’Adn de Baaba Maal. Poursuivant ses études à l’Ecole des Beaux – Arts, et se produisant de temps à autre avec son premier groupe, le Lasly Fouta, il interprétera avec brio Taara, célèbre chanson à la gloire de El Hadj Oumar Foutiyou Tall, le célèbre résistant, tombé sur le champ d’honneur. Le père, conquis, donnera son aval et sa mère s’improvisera conseillère artistique. La complicité mère – enfant sera mise à l’honneur dans la chanson Baayo que Baaba Maal avait dédiée à Aissatou Wade, la mère chérie.

Baaba Maal c’est aussi l’harmonie entre tradition et modernité. Imprégné de sa culture pulaar, mais aussi désireux de s’ouvrir sur le monde, assoiffé de connaissances, il voudra conquérir le monde, avec son groupe mis sur pied, le Daandé Lenol, littéralement la Voix du Peuple. Avec à ses côtés Mansour Seck, le maître Gawlo, Baaba Maal se fera la voix des sans – voix, défenseur de la cause des opprimés, revisitant de par sa superbe voix l’histoire du peuple foutanké, ses us et coutumes qui ont bercé sa jeunesse sur les rivages du fleuve Sénégal.

Le livre de Oumar Demba ne se lit pas comme une simple biographie. L’auteur a eu le génie de glisser entre deux anecdotes sur Baaba Maal, des explications sur la poulagou, les fondements qui la régissent, les grandes figures qui ont fait la fierté de ce peuple, afin de mieux renseigner les Ndjoudou Diéry tels que moi.

Un livre à lire et à faire lire,

Excellente lecture,

NFK

 

Publicités

4 réflexions sur “Lu et approuvé : Baaba Maal, le message en chantant – Oumar Demba Bâ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s