Publié dans Au Sénégal, Bouquinage

Relu et adoré : Ô pays mon beau peuple – Ousmane Sembène

13620377_1143895502349598_6071802344158160244_nAprès avoir fait la guerre en Indochine au côté des Occidentaux, avoir travaillé dans les mêmes entreprises qu’eux et expérimenté le syndicalisme au sein de la CGT, Oumar Faye n’a qu’une idée en tête : rentrer chez lui, alors que la France lui tend les bras. Comme pour mieux se mouvoir dans cette double culture qui est désormais la sienne, il emmène Isabelle, sa femme lors de ce retour au pays natal. Et là, c’est la stupeur et le scandale : Isabelle est une femme blanche. La vieille Rokhaya, grande sorcière adepte des pratiques mystiques, croit avoir la berlue : son fils adoré, son unique fils, celui qu’elle a réussi à enfanter après de multiples fausses couches, la couvre de honte en ramenant une blanche à Fayène ? Moussa Faye, le vénéré et vénérable imam de la mosquée du village, n’adresse plus la parole à son fils, croyant dur comme fer que son fils est revenu du pays des toubabs en reniant sa race.

En cette période trouble où les blancs font la pluie et le beau temps en Afrique, la verte Casamance n’y échappe pas … Faye vient renverser cet ordre pré établi en construisant sa maison sur pilotis – la Palmeraie – où se donnent rendez – vous tous les jeunes évolués des environs, qui rêvent de lendemains meilleurs, où ils pourront disposer d’eux – mêmes et de leurs richesses naturelles sans pour autant rendre compte aux colons.

L’installation de Faye et d’Isabelle, même si elle a un peu « choqué » les riverains aux débuts, devient banale avec le temps. En raison notamment de l’ardeur au travail que montre Faye avec ses vastes étendues de terre, de même qu’Isabelle qui fait de son mieux pour s’intégrer et se faire aimer de sa belle – mère, qui lui sera d’un grand secours lors de sa grossesse.

Ce beau tableau aurait pu être idyllique, sans le concours néfaste des blancs installés dans la région, qui voient d’un mauvais œil ce nègre évolué revenu de la France et qui se croit tout permis. Outre le discours qu’il tient à ses semblables, Faye les fait rendre conscients du fait qu’en travaillant pour eux, ils pourront vivre sans tendre la main « au maître ». Ce qui causera sa perte … Assassiné et abandonné dans la brousse, l’effet contraire se produira : il vivra dans le cœur de chaque personne l’ayant connu et sera érigé en modèle de courage et de probité.

Ousmene Sembene, senegalese film directorLisa Carpenter (001) 212 962 0060
Ousmene Sembene, senegalese film director Lisa Carpenter (001) 212 962 0060

Ousmane Sembène a écrit un livre bouleversant, comme lui seul sait le faire. A travers sa plume, l’on sent le désespoir face au joug du colon, la volonté de définir un nouveau rapport de forces et le personnage de Oumar, en qui transparaît l’Africain éco – responsable et fier de ce qu’il est, sans pour autant renier l’héritage occidental, est intemporel !

Bonne lecture,

NFK

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s