Publié dans Réflexion

La pauvreté aiguise l’appétit sexuel.

ecoles-pauvrete-enfants2Combien de fois ai – je pouffé de rire – et mes camarades de classe de concert avec moi – en entendant cette phrase assassine ? Cette phrase aussi véridique qu’assassine, nous plongeait dans un état d’hilarité tel que celui qui l’avait énoncée devait arrêter son cours pour nous rappeler à l’ordre … Car il s’agissait d’un professeur, de français qui plus est.

Dans l’une de ses envolées lyriques dont il avait le secret, Monsieur Mendy, dont j’attendais le cours fébrilement, nous émerveillait toujours par sa parfaite maîtrise de la langue (française) et sa pédagogie partagée entre œuvres littéraires au programme et leçons de vie qu’il prodiguait si généreusement. Et cette phrase – là en faisait partie.

Il a été mon professeur durant de nombreuses années – au collège comme au lycée – et à chaque fois que je le peux, je cours le voir, car avec lui, on apprend toujours. Chaque phrase sortant de sa bouche est une punchline, comme disent les rappeurs. Bien plus tard, le recul et la maturité aidant, je me suis posée des questions quant à la véracité de cette phrase, pour arriver à la conclusion que Monsieur Mendy était décidément un visionnaire.

L’Afrique est l’une des zones géographiques où le taux de natalité est l’un des plus forts au monde. A ce taux de natalité élevé, vient s’ajouter bien évidemment un pourcentage de jeunes dominant, lui aussi. Face à une urbanisation galopante dans nombre de métropoles africaines, et une surexploitation des ressources, comment font les ménages qui ont beaucoup de bouches à nourrir ? Il est vrai que des progrès énormes ont été faits quant au contrôle des naissances, mais beaucoup reste à faire, car certaines croyances populaires attribuent un nombre élevé d’enfants à une prospérité certaine et Dieu, dans Sa bonté et Sa miséricorde, leur donnera de quoi sustenter cette si nombreuse marmaille !

En ouolof, il y a un adage qui dit que « doom you bari barké la, Allah guémign bumou xar amna lumou thii deff. » Ceci permet de résumer mes paragraphes du dessus.

Mais revenons à la célèbre assertion de Monsieur Mendy : « la pauvreté aiguise l’appétit sexuel. »

En observant plus attentivement les familles autour de moi, j’ai pu me rendre compte de sa véracité. Plus les moyens financiers étaient au rendez – vous, plus la progéniture s’amoindrissait, ce qui voulait sans doute dire que les revenus étaient consacrés à l’éducation et à l’amélioration des conditions de vie des deux ou trois enfants du couple.

Alors qu’a contrario dans une autre famille où seul l’un des deux parents a une activité professionnelle ou même des fois aucun des deux, les enfants se comptent par dizaines. Et là, j’exagère à peine ! Ont – ils plus de temps, compte tenu de leurs faibles revenus et de leur oisiveté grandissante, pour faire l’amour ? Excusez mon outrecuidance, mais disons les choses telles qu’elles sont … Se reproduire en prenant du plaisir, quelle superbe façon de peupler la planète !

Monsieur Mendy était donc un visionnaire … Combien d’enfants voit – on livrés à eux-mêmes, errant dans les rues à l’instar des talibés, « confiés » à des marabouts véreux qui les exploitent ou parfois même abusent d’eux, quand les pédophiles et kidnappeurs d’enfants ne les attendent pas au – dehors ?

Cinq minutes de coït valent – elles cela ? C’est la GRANDE question !

Bonne lecture et pensons – y !

NFK

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s