OJ Simpson – Made in America

Si je devais écrire quelques lignes sur le puissant documentaire OJ Made In America, réalisé par Ezra Edelman, je dirai que ce documentaire en 5 parties, en plus d’aborder la puissante question raciale aux US, revient sur la trajectoire d’un homme tourmenté et rattrapé par son passé.

Il ne se voyait pas noir, n’avait que des amis blancs ou presque, pour lui la couleur n’existait pas et n’était pas un facteur pouvant bloquer son ascension. Atteint de « cécité » raciale, sa célèbre phrase « I am not black, I am OJ » restera dans les annales. Car au moment où d’autres porteurs de voix tels que Mohamed Ali s’offusquaient et dénonçaient les dérives policières contre les noirs, lui se taisait.

Deux choses m’ont tourmentée après le visionnage de ce documentaire : comment cet homme charmant, que tout le monde adorait, a – t – il pu pendant tant d’années maltraiter ainsi sa femme … blanche? Désir de la soumettre, de la posséder, d’en faire sa chose, alors que sa première femme, (noire) elle, n’a jamais souffert de maltraitance …

Le débat est ouvert !

De plus, cette communauté noire dont il ne s’est jamais réclamé, a finalement été son « sauveur ». Durant son procès fleuve suite au meurtre de sa femme Nicole Brown et du serveur Ron Goldman, ses avocats se succèdent a la barre, tous plus éloquents les uns que les autres et parviennent à l’acquitter.

OJ est libre. Mais est condamné 13 ans plus tard à 33 ans de prison pour braquage alors qu’il voulait récupérer des objets lui appartenant chez des collectionneurs … Le karma …

Il a toujours clamé son innocence, mais ses antécédents de mari violent, son ADN retrouvé sur la scène du crime, ses menaces à l’encontre de Nicole, tout cela a joué en sa défaveur.

Il n’y a pas de problématique plus importante dans la société américaine que celle de la race … Ses avocats ont joué la carte de la race pour l’innoncenter, car ce n’était plus une simple affaire de crime pasionnel, mais le procès de la police de LA contre la communauté noire. Comprenne qui peut.

Ezra Edelman a réalisé un film qui se regarde comme un livre, car chaque minute qui passe, nous permet de voir les différents protagonistes, qui chacun livrent leur part de vérité ou de mensonges, nous permettant d’assister aux différents rebondissements de cette affaire. En replay sur le site de Arte jusqu’au 07 Août ou en streaming juste ici : https://openload.co/f/ac34azl3VrM

A must see !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s