Chimamanda Adichie était de passage à Paris pour présenter la version traduite en français de Americanah. La rencontre a eu lieu à la Maison de la Poésie à Paris, et dès que j’en ai eu écho, je me suis juré de ne pas manquer ce moment. Chimamanda Adichie … Si par le plus pur des hasards, ce nom ne vous dit absolument rien, jetez un coup d’œil sur les notes de lecture que j’ai eu à rédiger pour ses livres. Il ne manque que l’un des tous premiers, Autour de ton cou, pour que la boucle soit bouclée. Mais cela ne saurait tarder !

En plus du livre dont l’animatrice de la rencontre a lu et commenté quelques extraits, l’auteure s’est exprimée sur divers sujets, tels que l’Afrique, la race, son arrivée en Amérique, mais surtout … le féminisme, ce sujet qui lui tient tant à cœur. Etre une femme, noire de surcroît et qui s’assume, est un combat de tous les instants. Son célèbre discours We shall all be feminists, relate avec justesse son état d’âme. Mais l’entendre le  dire de vive voix valait son pesant d’or !

silhouettes-de-femme-enthousiaste-heureuse-d-affaires-34392272Le féminisme … Ce mouvement social, ayant fait son apparition dans les années lors de la Révolution en Europe au XVIIIe siècle, a été grandement popularisé par des femmes de lettres telles que Simone de Beauvoir, qui exigeaient à corps et à cri une égalité à tous points de vue avec les hommes. Depuis, le mouvement féministe a grandement évolué et s’est quelque peu radicalisé … Qui n’a pas entendu parler du mouvement dit des Femen ou celui qui se nomme sobrement Ni p*tes ni soumises ?

J’ai toujours abhorré l’étiquette « féministe » collée si impunément à toute femme voulant se débarrasser des carcans si lourds imposés par la société. Comme s’il fallait qu’une femme hurle plus fort que la moyenne, se masculinise et muscle son discours pour être prise au sérieux … Fadaises que voilà …

Raison pour laquelle je me suis érigée contre le terme « féministe », qui ne revêt pas trop de sens à mon humble avis. C’est comme si l’on disait masculiniste, un mouvement qui n’a pas de raison d’être, vous en conviendrez avec moi.

A chaque fois que l’on me traite de féministe, je dégage toujours en touche et rétorque que je suis féminine avant tout. Consciente de mes droits, les revendiquant quand je sens qu’on les outrepasse un chouya, mais féminine, assumant pleinement ma condition de femme et bénissant le Ciel de m’avoir faite une femme.

Powerful-Women-Header_0C’est pourquoi quand Chimamanda, au détour d’une de ses phrases dont elle a le secret, a dit qu’elle est une « féministe heureuse / I am a happy feminist », la formule a fait mouche et a trouvé écho en moi. Une féministe heureuse … J’adhérais au concept … Car dit – elle, quand elle rentre au Nigeria et parle des conditions de femme, on lui répond qu’elle lit trop de romans européens et qu’elle est émancipée, et surtout que les féministes sont des femmes se battant toujours contre quelque chose ou quelqu’un. Alors, à partir de ce moment, elle a décidé qu’elle était une féministe heureuse. Je la cite : « I have decided that I was a happy feminist who love high heels and like men ».

Point final.

Je pense n’avoir rien d’autre à ajouter!

Bonne visite & bonne lecture

Et encore une fois merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii pour vos visites, vos retours et commentaires que vous me faites tout le temps. Je vous aiiiiime !! Ma petite bulle apprécie grandement ❤

NFK

Advertisements

5 réflexions sur “I am a happy feminist !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s